Montage a temporel

À travers plusieurs « Tableaux Parisiens », Benjamin Bardou propose une actualisation des images du passé par la technique du montage. En mettant côte à côte des images sorties de leur ancrage chronologique, Benjamin Bardou nous fait vivre une expérience envoutante…

Dérogeant avec la règle du bref-movie, ce film déroute au premier abord pour vous envouter par la suite. Dans un premier temps les différents plans montés sur bande son et voix off n’ont rien à voir, déconnectés du temps et de l’image. Au fur et à mesure des images, l’histoire fait cependant surface et le tableau prend place. Décors parisien, montée du nazisme, ouvriers aux portes des usines, ciel mouvant… Le temps devient espace. Un film à projeter dans une salle obscure sur l’écran le plus grand possible.



Schéma représentant la ligne directrice de montage de Benjamin Bardou


Et puisqu’un train peut en cacher un autre, n’hésitez pas non plus à vous nourrir du portefolio de ce réalisateur, auteur du très bon « Paris, capitale du XiX’ siècle« , titre repris au livre du philosophe Walter Benjamin,


Portfolio complet de Benjamin Bardou